Accueil

Nicole Lejeune Melnik
Peintre-Photographe de l'Imaginaire

Extraits du Livre d'or

Nicole Melnick n'est pas de ces jeunes femmes du monde qui se mettent à la peinture comme on se met au golf.
Elle obéit à une grande vocation qui n'a pas fini de nous étonner, parce qu'elle est une artiste possédant les dons les plus rares :
la sensibilité, la force, la puissance d'évocation et bien d'autres…
Ce sont des critiques d'art qui me l'ont dit avant que je la connaisse,
mais j'ai compris qu'ils disaient vrai, quand j'ai vu ses très beaux dessins et quand je l'ai vue elle-même :
en effet, elle a des yeux couleur du temps, pleins de douceur et de lucidité.
J'ai beau n'être qu'un béotien en peinture, il m'est clairement apparu qu'avec ces yeux-là,
on peut voir et peindre n'importe quoi avec un égal bonheur.
Les dessins de Nicole Melnick sont, malgré la jeunesse de l'artiste, d'extraordinaires réussites qui témoignent à eux seuls
de tous les dons précités et d'un métier sûr et délicat de quoi faire rêver les hommes de l'art, déjà chevronnés dans leur métier.
On attend de grandes choses de Nicole Melnick et cette première exposition, déjà si impressionnante,
n'est encore qu'un hors-d'œuvre.
1ère exposition de dessins sous le pseudonyme de Melnick
Marcel Aymé

       La Photographie est un art superbe et terrifiant, du moins semble-t-il. Il est d'ailleurs œil implacable et pénétrant.
Je me plais à l'identifier (sans chercher à savoir si j'ai raison) au regard fascinant de Baudelaire immortalisé par Nadar.
Mais depuis quelques années, grâce aux progrès techniques que je serais bien incapable d'énumérer,
il rejoint la peinture et même la musique.
La subjectivité s'y est infiltrée. C'est une chose de regarder, c'en est une autre de voir.
C'est une chose d'être dans la réalité et le présent, c'en est une autre de laisser remonter à la surface les sensations vécues d'autrefois,
les inventions toujours en action de la mémoire ; c'est ce que semble faire avec beaucoup de talent Nicole Lejeune.
Ses compositions aussi organiques que des couches géologiques sont non seulement de la peinture mais aussi, oui, je le répète :
de la musique. Il s'en dégage une vibration d'accords sensibles qui touchent le fond du cœur.
1ère exposition photographique. Préface de Jean-Louis Barrault

Les noces alchimiques des lieux et des yeux : Pour Nicole Lejeune :
       Une image se couche sur une autre et nous voyons les étoiles en plein jour.
Le mur devient transparent, une fissure s'ouvre dans la falaise
et nous nous faufilons pour assister à l'installation d'un nouveau décor pour notre fête au milieu des ruines.
Le sang des sacrifices tourne en fumée d'encens. Les halètements des parturientes tirent la couverture des marées
puis tout se détend dans l'accord de deux paysages comme celui de la harpe et du pinson après une course éperdue.
Les enfants découvrent des archipels dans les quincailleries et des cascades effervescentes dans les supermarchés.
Les économistes se réveillent de leurs cauchemars et l'ange du bizarre,
avec son sourire en coin, leur propose d'ouvrir une fenêtre sur un Siècle d'Or.
  
Michel Butor

Nicole Lejeune est une amante de la vie. Si elle n'était pas si incroyablement jeune
je dirais qu'elle est « une mamante », une mère - amante qui donne à voir.
Guy Dupré (prix Novembre)

Nicole Lejeune a fait de longs voyages. Par son art photographique, en un clin d'œil transcendés,
ils nous entraînent vers une émotion nouvelle.
Pascal Morabito

       Nicole Lejeune avait plusieurs cordes à son arc
Après des études multiples et des visites attentives à de nombreux musées, elle a su jouer de toutes ses cordes.
Ainsi la musique, la danse, l'architecture et la peinture sont devenues : Photo.
Là, devait se trouver son mode d'expression privilégié et l'arc a déployé ses couleurs dans la gamme infinie des nuances.
 A. Fages. Fondateur du Musée de la Photographie à Bièvres

       Nicole Lejeune, ma mère, interprète, elle aussi, la comédie humaine : portraitiste passionnée,
elle m'a depuis toujours appris à voir au-delà du décor : l'Acteur,
qu'il soit présent ou invisible, immense ou minuscule.
Olivier Lejeune

Après avoir mûrement voyagé et travaillé, Nicole Lejeune a laissé son intuition
transcrire par la photo la magie des choses et leur âme secrète.
Son œuvre, empreinte de sensualité subtile et de poésie insolite, est celle d'un peintre à part entière.
Moretti

Nicole Lejeune, Magicienne : les papillons deviennent des guitares, les sillons : des fleuves et les arbres : des totems.
Hélène Duc

Personnalité affirmée, imagination poétique, visionnaire de toutes les surprises, Nicole est tout cela.
Renée Saint Cyr

Nicole Lejeune sait capter à la fois le mouvement secret des choses et l'arrêt du temps.
Thierry Hesse

Les photographies de Nicole Lejeune relèvent de l'enchantement.
René de Obaldia

Nicole's Photos have a strong energetic power. They are Out of this world.
Yohann Blomeyer

Nicole Lejeune côtoie les gouffres avec audace et fraîcheur.
Agathe Gaillard

Nicole, chasseresse d'images vives, rêveuse d'images rares.
Jean-Clarence Lambert

A force de miroirs on m’avait rendue sage et je me répétais dans toutes les images
Mais voici que se rompt la digue de mes craintes. Je me revois enfin dans l’eau de ma naissance
Je suis riche et vous donne cet espoir à jamais vivant dont je m’étonne
Hélène Cadou

Le surréalisme peut se traduire par "surimpression".
Nicole Lejeune joue superbement du procédé pour créer un monde onirique.
Son imagination s'allie à une excellente maîtrise de la photographie.
Elle prouve ainsi que celle-ci peut être moins de décrire les apparences du réel, que d'en manifester la vérité.
Charles-Henri Favrod

Nicole Lejeune enrichit la vision initiale d’un rayon de lumière intemporelle.
Son art marie à la photo une manne de musiques intérieures
et de secrètes réminiscences qui donne à l’image figée les ailes de l’imagination et les incantations du surréalisme.
La poésie, la musique et l’architecture y deviennent des particules vivantes.
Ainsi au terme de deux siècles d’expériences empiriques
et de découvertes techniques, la « photo » reprend aujourd’hui à son compte l’orgueilleux truisme de Picasso :
« Il ne s’agit plus de reproduire mais de produire ».
Gilbert Prouteau